> > > Plan local pour la qualité de l'air

Plan local pour la qualité de l'air

L’amélioration de la qualité de l’air est un enjeu majeur de santé publique sur la cluse de Chambéry.

Le Plan local pour la qualité de l’air (PLQA), fruit d’un travail conjoint entre les services de l’Etat, Air Rhône-Alpes et les représentants des collectivités, engagé dès 2011, a été approuvé par arrêté préfectoral du 27 mai 2016. Son périmètre couvre les 24 communes de Chambéry métropole.

Le PLQA doit permettre d’améliorer la situation à l’échelle locale ; dans cet objectif, il propose 13 actions permanentes et 2 actions temporaires en cas de pic de pollution.

Grâce à la mise en œuvre conjointe de ces 13 actions du PLQA, les résultats de la modélisation de la qualité de l’air montrent que la situation devrait nettement s’améliorer, avec des émissions de PM10 réduites de 38% par rapport à 2007 et des émissions d’oxydes d’azote réduites de 50% (données Air Rhône-Alpes)

 Sous l’égide des services de l’Etat, le PLQA est évalué chaque année.

Info : les 2 chaufferies bois du chauffage urbain (Bissy et Croix Rouge) qui chauffent l’équivalent de 11 000 logements émettent moins de 1 tonne de poussière par an alors que les 7 500 maisons qui utilisent le bois bûche sur l’agglomération émettent 167 tonnes de poussière par an (données Air Rhône-Alpes 2013) : le renouvellement des systèmes peu performant pour des systèmes performants ou des systèmes collectifs est en enjeu fort pour notre territoire.

 

Les projets de Chambéry métropole qui contribuent à l’amélioration de la qualité de l’air

  • La plateforme de rénovation énergétique qui vise l’amélioration thermique des logements privés et en particulier des copropriétés aura un effet sur la réduction des consommations de chaleur.
  •  Le fonds chaleur renouvelable : en lien étroit avec l’ADEME, un dispositif pour soutenir des installations collectives de système de chauffage d’énergie renouvelable est en train de se mettre en place (solaire, géothermie, bois, réseaux de chaleur) ; un recensement fait apparaître un potentiel de plus de 35 projets qui viseraient un niveau de performance élevé (copropriétés, collèges, écoles, mairies, salles polyvalentes, Ehpad…) ; ce dispositif comprend un volet animation et un volet financement des investissements ; il sera mis en œuvre avec le soutien technique de l’Asder et du Parc Naturel Régional du massif des Bauges.
  •  Des projets de réseaux de chaleur sont à l’étude sur la Motte-Servolex d’une part, Barby, Saint Alban et la Ravoire d’autre part : opportunité pour raccorder des copropriétés, des entreprises, des bâtiments publics à des systèmes collectifs de production de chaleur renouvelable performants, contrôlés et maîtrisés en remplacement de systèmes polluants.
  •  La lutte contre le brûlage à l’air libre des déchets verts se poursuit, par la mise à disposition de broyeurs dans les communes, d’aires de broyages, par le réseau de déchetteries où les particuliers peuvent déposer leurs déchets verts, par la promotion du compostage individuel…
  • 40  bornes de recharge pour véhicules électriques sur le sillon Alberville-Chambéry-Le Bourget du Lac vont être installées avec le soutien technique du SDES ; 12 bornes seront installées par Chambéry métropole sur les zones d’activités.

En parallèle, le sujet de la qualité de l’air est pris en compte dans les documents de planification en cours d’élaboration ou de révision : Plan de déplacement urbain, Plan climat air-énergie territorial, PLU intercommunal.
La démarche Territoire à énergie positive (TEPOS), pour sa part, crée une dynamique territoriale sur l’enjeu de la transition énergétique qui favorise l’émergence d’actions locales, positives pour l’activité économique et l’emploi.

Info : Brûler 50kg de végétaux émet autant de poussières que 5 900 km parcourus par une voiture diesel récente.