Aujourd'hui, un site au cœur des enjeux de la ville

Les enjeux économiques, l'arche Cassine

Voir l'image en grand Cartographie des projets constituant l'arche CassineLe Nord-Ouest du secteur Cassine est en lien avec le futur projet de Vétrotex.

L'aménagement du tènement doit s'inscrire dans la continuité de ce projet et assurer une connexion forte avec ce futur centre résidentiel.

L'écoquartier Vétrotex

Le projet Vétrotex apportera d'ici peu une nouvelle densité en frange Nord-Ouest du site.
Une connexion piétonne est possible par la passerelle en projet au-dessus de la Leysse et en connexion avec le passage sous voies qui permet de rejoindre la Cassine.
Cette première phase du projet comprend 750 logements environ ainsi que des commerces de proximité et des équipements.

Tertiarisation de l'économie

Chambéry Grand Lac doit répondre aux demandes et besoins de la tertiarisation de l'économie avec une localisation au plus près du pôle d'échange multimodal et ses services.

L'histoire récente de la demande placée de locaux tertiaires sur Chambéry Grand Lac sur les 5 dernières années est de 20 000 m² par an.

65% soit 13 000 m² des transactions concernaient des locaux tertiaires neufs.

L'étude économique réalisée par la société CMN Partners confirme qu'une offre tertiaire de qualité sur la Cassine de l'ordre de 80 000 à 100 000 m² a toute légitimité en réponse à l'évolution économique de la Savoie. Une telle opération, très structurante, consoliderait le rôle historique de la ville de Chambéry comme capitale économique et administrative  de la Savoie. Une telle opération ne peut être réussie qu'en intégrant des services aux entreprises et aux salariés (restauration de proximité, animation, …) mais aussi en consolidant la présence d’habitants par la construction de logements permettant une dynamique de vie. Un tel site développé pourrait permettre de créer les conditions d’accueil de 3 000 à 4 000 emplois à terme et 500 à 600 habitants sur une durée de 10 à 15 ans.

Contexte écologique

Voir l'image en grand Ingedia 2013 Cartographie issue de l’étude d’impact Axe de la Leysse

Le site est inscrit au coeur de l’unité urbaine de Chambéry à proximité de la VRU, éloigné de tout espace naturel remarquable ; notons la présence d’une ZNIEFF de type II « Chaînons occidentaux des Bauges » à environ 3 km au Nord Est.

Les potentialités écologiques restent faibles et associées à celle d’un espace urbain, fortement fragmenté par des infrastructures : la voie de chemin de fer et la gare de triage d’un côté, la VRU de l’autre.

Le site de la Cassine est proche d’une trame verte urbaine constituée par le coteau Est riverain et les boisements de Chantemerle au Nord. La VRU et les voies de chemins de fer viennent cependant fragmenter fortement les continuités écologiques du secteur.
La Leysse, constituant la trame bleue locale, est quant à elle située dans le centre de Chambéry au Sud.

Sur le site même, on constate un faible potentiel écologique du fait de son enclavement à l’exception du secteur des puits où une mare temporaire représente une zone de refuge pour la biodiversité.

Contexte environnemental

Globalement, le site présente sur le plan environnemental peu de contraintes par rapport aux opportunités dont il peut disposer.

En matière d’énergie
Un potentiel énergétique multiple : très bon potentiel solaire (passif et actif), très bon potentiel géothermique (nappe), Gaz, Bois, …
Réseau de Chaleur absent du site mais fortement volontaire à se développer sur la zone.

En matière de biodiversité
Enclavé en milieu urbain, les potentialités écologiques du secteur restent faibles. Toutefois, la présence d’une mare temporaire et de corridors boisés à proximité présentent un intérêt pour la faune et la flore.

En matière de gestion des eaux pluviales
Les réseaux de collecte sont en place mais la demande du schéma de gestion est d’infiltrer sur les parcelles.

En matière de risques naturels
Aucun risque naturel n’est recensé sur le site.

En matière de risques technologiques
Aucun établissement dangereux n’est recensé sur le secteur. On doit toutefois prendre en compte le risque difficile à calculer du transport de matières dangereuses, tant sur la voie ferrée que sur la VRU.
A noter la présence de sols pollués au niveau des anciens jardins dont une démarche de dépollution par phytoremédiation a été mise en oeuvre sur le site.

En matière de bruit
Le site est contraint en raison de la présence proche de la VRU et de la proximité de la voie de chemin de fer.
Des dispositifs de protection contre le bruit sont à prévoir.

En matière de qualité de l’air
La qualité de l’air est affectée par la circulation routière de la Voie Rapide Urbaine.

En matière de déchets
La collectivité a développé un certain nombre d’initiatives performantes en faveur de la gestion des déchets. Pour aller plus loin, une réflexion autour de l’économie circulaire aurait toute sa place dans le nouveau quartier.